Tribune : Aux origines des problèmes du scrutin du 13 Mai

Au-delà des complications  du scrutin du 13 Mai, il est grand temps de questionner sérieusement notre système démocratique quand à  sa conformité aux normes de droit  et à son opportunité pour résoudre les problèmes de gouvernance propres à notre pays et à notre société.

Par Sid’Ahmed Ould Dechagh

Mon  constat est que notre système démocratique, dont  les fondements  les plus conformes, de mon point de vue personnel, ont été posés au cours de la transition de 2005, à été depuis lors, sérieusement déprécié   par les soubresauts des différends dialogues/concertations politiques, qui  ont permis certes de dépasser des moments de rupture  politique, mais ont eu,  tout de même, pour effets collatéraux,  d’instrumentaliser les règles qui régissent notre  démocratie et même parfois de les  dévoyer  de leur caractère général et abstrait pour les  accommoder à des situations contextuelles particulières et à des intentions subjectives.

C’est ainsi que des  partis politiques et des  organisations professionnelles  sont entrées, à  des occasions  de dialogue-concertations,  dans une dynamique  de récupération des normes en vue de régler,  non pas les problèmes de notre système démocratique, mais  leurs propres problèmes.

La captation de l’électorat et le positionnement sur la scène politique entre autres,  figurant en première ligne de leurs objectifs.

Cette démarche tendancieuse de nos  acteurs politiques et associatifs est constatée dans plusieurs  dialogues qui ont eu lieu dans notre pays.

Pour illustrer cette hypothèse, je me réfère à des exemples précis, issus des dialogues de 2011 et de 2016 pour lesquels nous disposons à présent du recul nécessaire pour en juger ; Des exemples choisis sur le volet de la  représentativité, le volet  institutionnel et  troisièmement  sur l’aspect purement symbolique.

Le premier exemple qui a trait à la représentation est l’interdiction des candidatures indépendantes autorisées jusqu’en 2006 et supprimée en 2012, sur proposition de certains partis de l’opposition.

Jusqu’à cette date les candidatures indépendantes favorisaient l’émergence de leaders politiques locaux ayant bâti une assise électorale par la bienfaisance et la proximité avec les citoyens mais aussi par  la fibre tribale et les alliances traditionnelles locales.

La suppression  de tels candidatures  vise en clair à obliger ces personnalités représentatives, à passer par le canal de partis politiques  qui ne leur apportent rien, ni en termes  d’électorat, ni en termes de mise à disposition de moyens matériels,  ni en termes d’orientation idéologique ou de programmes.

Contrairement à toute logique politique, des candidats  se présentent au nom de partis politiques avec lesquels ils n’ont aucun lien préalable. Leurs candidatures  viennent perturber  à la fois les calculs de l’opposition et du parti au pouvoir .

Les conséquences sont celles que nous vivons aujourd’hui, à savoir  la prolifération  de candidats du même prototype que les indépendants, qui surgissent en dernière minute, , et arrivent à  gagner aux enchères de la « bourse » des candidatures,  que de  petits partis mettent en place à l’occasion de chaque scrutin.

 Cette règle de non candidature des indépendants a été ensuite renforcée par l’interdiction du « nomadisme politique ». Un élu  ayant été contraint par la force de la loi à utiliser la bannière d’un parti politique  pour se présenter, n’aura plus la liberté de quitter ce parti et y sera consigné durant tout son mandat, quel que soit ses  discordances avec le discours , les orientations et le positionnement politique de ce parti.

Il est bien compris que ces règles contraignantes qui obligent les candidats à passer par le canal partisan ont pour finalité de  constituer, du jour au lendemain, une assise  électorale pour des partis qui n’étaient auparavant qu’une coquille vide ; En plus de l’avantage pour ces partis de renflouer leurs caisses, par-dessus le marché.

Une autre  opportunité offerte par ces règles est de pouvoir récupérer les mécontents des candidatures de leurs partis pour  les canaliser  vers des partis politiquement proches.

Même si les candidatures indépendantes sont en déphasage avec l’idéal démocratique de nécessité de  l’expression populaire organisée,  à travers les partis politiques et les associations, elles ne sont  pas pire  que le système de «titrisation » des candidatures,  orchestré de nos jours par des petits partis  tel que je l’ai évoqué .

Cette pratique illégale d’arrimage de candidats à des partis politiques avec les pratiques mercantilistes que nous connaissons,  s’apparente plus au système archaïque d’achat des lettres de noblesse dans le système féodal du moyen âge .

Par ailleurs ces pratiques sont en contradiction avec les  principes constitutionnels de liberté d’expression, de liberté d’opinion et de liberté d’association .

Dans le régime  démocratique libéral, l’engagement moral doit être le seul lien entre l’adhérent et son parti.

Pour ce qui est de l’exemple  institutionnel,  je quitterai la sphère purement  politique pour aller dans  le milieu associatif professionnel, notamment de la presse ou  des voix se sont élevés depuis plusieurs années portées par des associations et des journalistes de renommée, demandant la suppression pure et simple  du Ministère de la Communication . Ceux-ci justifiaient leurs doléances par les nécessités, disent-ils, de la libéralisation du secteur de la presse qui est désormais régulé par un organe indépendant et que, dans ce contexte, l’existence du Ministère de la Communication ne se justifiait  plus. Cet argument simpliste, était porté par des libéraux qui voulaient se débarrasser coûte que coûte de toute supervision du secteur par un organe étatique central.

La résultante est qu’on  ne sait plus aujourd’hui qui est véritablement en charge  de l’élaboration et de la mise en œuvre de la politique de communication du gouvernement.

Celle-ci semble être rattachée en partie, au Ministère de la culture, mais elle en est une qualité  récessive telle que l’a si bien exprimée l’un de nos ex ministres quand il a dit en arabe, je le cite «nouthgh bismi lhoukouma sivatoun  moutanahhya ».

Dans un tel contexte  les organes des média publics, font la pluie et le beau temps en  jonglant entre les différentes  tutelles pour s’en débarrasser de toutes, et en faire  de même pour l’organe de régulation.

Voilà comment, par des doléances qui ne riment à rien , les associations professionnelles de la presse ont  fait main basse  sur un département public et un pan entier de la  politique du gouvernement et causé un préjudice important à l’Etat dans son fonctionnement.

De là, le déficit constaté dans la  production de sens et dans l’appréhension de l’action gouvernementale par les citoyens.

Le troisième  exemple que je veux citer est relatif comme je l’ai dit ci-haut à des aspects symboliques .

Lors du  dialogue de 2016,  avec certains partis de l’opposition, il a été décidé de changer le drapeau  et l’hymne nationaux .

Je ne me réfère pas cette fois ci à mes analyses personnelles pour juger d’une telle action,  mais aux déclarations des autorités, notamment le président du parti au pouvoir en son temps qui a déclaré que la mesure vise à célébrer la gloire d’un homme, pour qu’on puisse à l’avenir, dit-il, poser la question aux enfants du primaire et leur demander qui a confectionné le drapeau et composé l’hymne national . Les petits enfants répondront monsieur tel .

Voilà comment, par un tour de passe-passe, nous avons perdu notre étendard vert-doré, tant chéri,  le drapeau de notre  indépendance nationale  qui exprime  par ses couleurs notre culture islamique et nos aspirations profondes à la paix, à la joie et à la prospérité.

Les exemples foisonnent sur  l’action de certains de nos acteurs politiques qui  se mettent  en tête à tête exclusif avec un pouvoir, souvent en période de faiblesse de légitimité et en sortent avec  des règles  dévoyés au service d’intérêts circonstanciels et particularistes ; Et qui viennent par la suite contester les résultats et s’accuser mutuellement d’en être la cause !

Le dialogue sincère et inclusif, qui fait appel à l’expertise nationale et à l’intelligence collective dans son ensemble, reste  tout de même l’outil  le plus efficient pour la résolution de nos problèmes.

A en juger par son résultat notre système électoral actuel est devenu un système complexe qui empêche la réalisation de son objectif essentiel, l’expression du choix populaire et citoyen ;  Et pour preuve : les bulletins nuls et les suffrages rejetés, sortis gagnants lors du dernier scrutin.

Pour le reste, nos intellectuels ont le devoir,  face aux forces centrifuges qui gangrènent notre administration, de  s’engager résolument à un contribution sereine et efficace au débat public et de ne pas accepter d’être exclu. Et ça c’est un autre débat…

Sid’Ahmed Ould DECHAGH

ouldechagh@yahoo.fr  Whattsapp : 36303032

Twit : @dechagh

About Diagana

Check Also

Crise Institutionnelle au Sénégal : Appel à l’Action de la Diaspora

La scène politique au Sénégal est actuellement marquée par des préoccupations profondes, en particulier en …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *