CNASS : Newnande gollotooɓe heɓde safaara

« Ko mi cowiiɗo mi dañii caɗeele keewɗe nder termondiral cogguuji safaara. Mi meeɗaano anndude ndee nokkuure wiyeteende CNASS, tawii faandaare mum ko yoɓde heen feccere cogguuji jowitiiɗe e safaara. Mbiɗo majjunoo hay laabi potɗi reweede, waɗeede ngam waawde naatde e CNASS.« 

Oo suka debbo wiyetee ko Ummu Jallo, jogiiɗo duuɓi 35. Ummu Jallo gollotooɗo e galle, guurɗo e leeɗe lemeleme Nuwaasot. O hollitii ko o meeɗaano tinde goodaangal CNASS.

Podcast : Reportage de O.E Thiam JP

« CNASS ine wallita heedande neɗɗo e safaara, ko wayi no yimɓe gollotooɓe, gollanooɓe jeytiiɓe tawii ko Muritaninaaɓe. Ine njogii fartaŋŋe naatde » e CNASS. E wiyde Mammadu Kan toppitiiɗo renndinde geɗe renndiyankooje to CNASS to Nuwaasot.

Gila nde CNASS sosaa nder lewru jeegoɓuru, haa hannde ko famɗi kala 104 golloowo ine tawee heen e wiyde Mammadu Kan. Yoga e yimɓe ɓe kawru-ɗen to Ayyuun laamorgo diiwal Hod ElChargui cuuɗaani mbelemma mumen, hay so tawii caɗeele jowitiiɗe e keɓgol safaara ine woodi, to bannge nokkuuji cafrirɗi ɗii. Faatimata Aan, ko jeeyoowo beltiiɗo kadi o yettii laamu Muritani sosde CNASS ngam safroraade.

O teeŋtinii wonde ɓesngu leydi ndii ko yeebiiɓe renndinde kaayitaaji mumen fof jojjuɗi, ngam naatde e CNASS. Ɗuum noon alaa ko waɗi ɗum so wonaa ŋakkere hirjino.

« Gila nan-mi CNASS ine haalee, mi meeɗaa seerde e waɗde hirjino ɓesngu nguu, sibu yimɓe heewɓe ine ngoni e ngaanumma. Mbiɗo weltii e CNASS kadi mbiɗo werloo eeraango faade e ɓiɓɓe leydi ndii kala jogiiɓe mbaawka waɗde ɗum, ngati CNASS ine wallita Muritaninaaɓe jogiiɓe karte dantitee waawde heɓde kaan safaara.« 

Muusaa, suka gorko desɗo, jiidaa yiyannde e Fatima. O teeŋtinii waɗii duuɓi 3 ko o naatii e CNASS, kono o weltaaki e no yahrata nih. E wiyde makko hay hirjino wooto waɗaaka mbele gollanooɓe koye mumen njogoo heen humpito.  Yoga e naatɓe e CNASS ɓe kawru-ɗen kollitii cosgol CNASS ko fartaŋŋe yimɓe gollanooɓe koye mumen, ngati safaruuji ɗi ɓe coodata e cafrirɗe ɗee ine tiiɗi sanne.

« CNASS ine anniyii udditde jooɗorɗe mum nder diiwe ɗee kala, ko noon ne kadi e palɗe ɗee. Ɗuum toɗɗii tan ko gollanooɓe koye mumen jeytiiɓe. » E wiyde Kan Mammadu 70% ɓesngu leydi ndii ngaddanaaka safaara. Yoga e palɗe ɗo CNASS woni, ine mbinndita 40 walla 50 neɗɗo nder ñalawma gooto. E wiyde Mammadu KAN.
 Ɓaawo loskooji baɗaaɗi nder galleeji, won heen kollitii ine kattani yoɓde hakkunde 150 mru e 450 mru ngam gaddaneede safaara. Kan teeŋtinanii en wonde CNASS ƴettii hakindo 250 mru.  » Ko yimɓe hattanɓe yoɓde tan, mbaawi jeyeede CNASS, min ƴeewataa ɓe ngalaa golle. »
 Gila nde CNASS sosaa faade hannde, 82 ujunere naatii e oo booñ tawi rewraa ko e Enabel kopporeeje ɗe Union Européenne walliti Muritani.

Caisse Nationale de Sécurité en Santé :  L’accès des travailleurs
du secteur informel à la couverture sanitaire

Reportage en pulaar de Oumar Elhaj Thiam JP

Version en français du reportage

« Je suis en état de grossesse et j’ai rencontré beaucoup de difficultés
dans les négociations des prix du médicament. Je ne connais pas cette Structure
qu’on appelle la CNASS qui vise à rembourser une partie des dépenses liées aux
médicaments j’ignorais même les procédures qui doivent être faites pour pouvoir
adhérer à la CNASS. »

Cette jeune femme s’appelle Oumou Diallo âgée de 35 ans Oumou Diallo, une femme
ménagère qui vit dans les quartiers périphériques de Nouakchott, la capitale
Mauritanienne. Cette bénéficiaire souligne qu’elle n’avait jamais été au
courant de l’existence de la CNASS ,la Caisse Nationale de Solidarité en Santé
en Mauritanie.

La CNASS permet d’offrir une assurance maladie notamment aux personnes du
secteur informel, travailleurs indépendant mauritanien ou résident qui n’ont
pas une assurance CNAM(La Caisse nationale d’Assurance Maladie selon Mamadou
Kane chargé de mobilisation sociale à la CNASS à Nouakchott. Extrait de KÄNE

Depuis la création de la CNASS en juin 2022, jusqu’à nos jours elle compte
104 employés, selon Mamadou KÄNE.

« Certaines personnes que nous avons rencontrées à Aioune, capitale
régionale de Hodh El-Gharbi, situé à 812 km de Nouakchott (la capitale) n’ont
pas caché leur satisfaction, même si un problème lié à la disponibilité des
médicaments se pose, au niveau des structures sanitaires.

Fatima Anne est une commerçante qui est satisfaite et félicite même l’Etat
d’avoir créé la CNASS pour se faire soigner. 
Elle souligne que la population est négligente pour se procurer tous les
dossiers administratifs afin d’adhérer à la CNASS cela est dû à un manque de
sensibilisation. 

« Depuis que j’ai entendu parler de la CNASS je ne cesse pas de
sensibiliser la population, car la majorité de personnes reste toujours
perplexe. Je suis satisfaite de cette structure, et je lance à un appel à
l’ensemble des citoyens Mauritaniens qui ont la possibilité de s’assurer de le
faire, car la CNASS permet aux Mauritaniens détenteurs des pièces d’identité de
pouvoir bénéficier de l’assurance totale ».
Souligne-t-elle.

Moussa, un jeune homme marié, n’est pas l’avis de Fatima. Il affirme que
depuis 3 ans qu’il est adhérent à la CNASS, il reste insatisfait du
fonctionnement de la Caisse Nationale de Solidarité en Santé. « Aucune
sensibilisation n’a été faite pour que tous les travailleurs du secteur
informel aient le même niveau d’information. »

Certains bénéficiaires que nous avons rencontrés déclarent que la création
de la CNASS est une aubaine pour le secteur informel, car les médicaments
qu’ils achetaient dans les hôpitaux sont quasiment chers.

La CNASS compte des agences dans toutes les régions, et des antennes dans
les départements. Le public cible est le secteur informel et indépendant.

D’après Monsieur Kane, 70% de la population mauritanienne n’a pas une
assurance.

Certaines antennes de la CNASS arrivent parfois à enrôler 40 ou 50 personnes
par jour. Selon Mamadou Kane.

D’après les enquêtes et les échantillonnages qui ont été faits sur le
terrain, certaines familles disent qu’elles sont capables de payer entre 150
MRU et 450 MRU pour offrir l’assurance. Monsieur KÄNE nous confirme que La
CNASS a pris la moyenne, 250 MRU. « Seules des personnes capables de payer,
peuvent accéder à la CNASS, on ne cherche pas des sans-emplois ou sans moyens…
»
ajoute-t-il.

Depuis la création de la CNASS plus de 82 mille personnes ont adhéré à cette
caisse appuyé par l’Agence Enabel avec un financement de l’Union européenne en
Mauritanie.

Oumar Elhaj Thiam JP. (Initiatives News)

Reportage réalisé dans le cadre d’une  « Initiative soutenue par Afri’kibaru, un projet CFI – Agence française de développement, sous l’égide du ministère français de l’Europe et des Affaires étrangères ».

 

About Diagana

Check Also

La CITM au service des travailleurs

Le syndicat CITM est considéré comme l’un des principaux syndicats dans le domaine du travail, …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *