Editorial : Le Premier ministre attise la crise au sein de la majorité

D’habitude très réservé et peu impliqué dans les querelles de chapelle qui secouent à intervalles réguliers le microcosme politique, le premier ministre Mohamed Ould Bilal est monté au créneau à Aleg en proférant des menaces à peine voilées contre les candidats mécontents issus du parti au pouvoir et s’étant présentés sous la bannière d’autres partis de la majorité présidentielle.

Le message du premier ministre a été mal accueilli dans les milieux des partis de la majorité et a suscité un véritable tollé sur les réseaux sociaux.

Dans un langage fort peu diplomatique Ould Lematt, chargé de mission à la Présidence de la République a lancé devant des responsables de partis d la majorité à Nouadhibou le message dont la teneur est la suivante : il n’y a pas de majorité à l’heure actuelle, la majorité c’est le parti au pouvoir, le parti INSAF, « le parti du président de la République », à prendre ou à laisser.

A son tour, le porte parole du gouvernement Nani Ould Chrougha est encore allé plus loin en déclarant à partir de son fief à Amourj : « Nous allons surveiller les bureaux de vote et sanctionner ou encourager ceux qui ont voté contre ou pour le parti. »

A Guérou où les choix du parti ont été désavoués à une grande échelle, le ministre de la santé Mohtar Ould Dahi fait face à une forte guérilla menée par des candidats anti-INSAF.

Déjà à la veille du lancement de la campagne électorale Mohtar Ould Diaye coordinateur du parti INSAF au niveau de la ville de Nouakchott avait annoncé les couleurs et jeté un pavé dans la mare en déclarant que seul le parti-Etat est soucieux de l’intérêt du président de la République, ignorant ainsi crânement tous les autres partis de la majorité.  

Ces discours va-t-en-guerre et autres menaces en filigrane brandis par les barons du parti au pouvoir dont des membres du gouvernement et de la haute administration font beaucoup de mécontents.

La jacquerie organisée par des partisans de l’ex président Aziz à l’occasion d’un meeting de l’INSAF à Tevrak Zeina, dans la zone du stade olympique, en présence de plusieurs ministres est révélatrice de ce point de vue. Les organisateurs dudit meeting ont été pris de cours.

Ainsi, la secousse tellurique qui secoue le parti a pouvoir plonge ses racines dans les choix jugés hasardeux de la plupart des candidatures au niveau des différentes circonscriptions du pays.

Les manœuvres du gouvernement visant à imposer le choix du parti unique aux différents acteurs de la majorité est un précédent anti-démocratique, d’autant plus dangereux qu’il risque de saper la fragile union sacrée qui a permis jusque-là au président Ghazouani de profiter d’une stabilité politique confortable.

Et c’est ce mur de confiance que le premier ministre et les membres de son gouvernement s’emploient à démolir en lançant cette opération kamikaze qui risque de se retourner contre eux et contre le président de la République.

Cette opération de sabotage grandeur nature pourrait s’expliquer par la lutte féroce entre branches rivales au sein du pouvoir devenu un fourre-tout et au sein duquel cohabitent les ex barrons qui faisaient main basse jusque-là sur tous les leviers de commande et les nouveaux venus dont beaucoup de jeunes loups venant de l’opposition et qui commencent à avoir leur part du gâteau.

Et le grand perdant dans tout ça c’est le président de la République qui est pris en étau entre deux feux, une situation délicate qui risque de se solder par un désastre électoral pour un parti au pouvoir qui a apparemment perdu la boussole.

Bakari Gueye

About Editor

Check Also

HAPA-UE : cérémonie de signature de la convention du projet: »Appui aux médias en période électorale » (AMPE )

HAPA – Le Président de la HAPA El-Hussein Ould Meddou et l’Ambassadeur de l’UE à …

One comment

  1. Le PM Oul Bilal, en général, sait très bien ce qu’il fait en concertation avec le Président. Dans le gouvernement il y a encore un ou deux mauvais ministres anciens, Oul Merzoug par exemple, qui avaient été nommés par le président Oul Ghazouani au début de son mandat, mais il ne les a pas encore écartés du gouvernement. Quant au Premier ministre Oul Bilal, il parait qu’il est une personne respectable avec une haute moralité, et il coordonne entre les membres du gouvernement et avec le Président de manière intelligente et réussie. Nous ne le connaissons pas personnellement. Le Premier ministre Oul Bilal se distingue de tous les ministres du gouvernement par sa dignité, sa sobriété, sa confiance en soi, et sa compétence, sans aucun complexe. Incontestablement, il a de la classe, il fait ombrage sur l’ensemble de l’équipe qu’il coiffe très bien. Si Oul Bilal agit ainsi dans la campagne électorale il s’agit d’une stratégie bien calculée. Suivant l’analyse faite sur un site prestigieux et digne de confiance, LTV, suite aux actions du PM Ould Bilal et de Ould Chrougha , El Insaf pourra s’en sortir gagnant, ou encore, au pire des cas, on aura un parlement majoritaire d’opposition , et donc une déroute de El Insaf parce que les mauritaniens n’aiment pas les menaces et ils iront jusqu’au bout de leurs candidatures déjà annoncées. La Mauritanie aura donc les élections les plus passionnantes dans l’histoire du pays avec une nouvelle opposition parlementaire majoritaire au cœur du jeu démocratique … . « Et il n’est pas exclu que le président Ghazouani qui prône une Mauritanie plus démocratique encouragera une cohabitation entre le pouvoir et l’opposition pour finir en beauté son premier mandat dans un équilibre des pouvoirs ! C’est lui qui en sortira grandi avec un nouveau parlement concurrentiel certes, mais partisan ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *