Traque des escrocs et faussaires (Épisode 07)

Layite DIENG

Le ridicule ne tue pas ! Le tsunami que l’article précédent a engendré a fait perdre à Satan la raison. Il circule, dorénavant avec un couteau bien affûté dans le sac ; arme avec laquelle il va m’égorger, dit-il ouvertement.

Pendant que ceux à qui il a montré son arme blanche riaient sous cape, je m’écroulais de rire. Sans l’ombre d’un doute, vous conviendrez avec moi qu’il y a de quoi rire à gorge déployée. Nous avons affaire à un vrai psychopathe.

L’arme du probable crime exhibée au vu de tout le monde pour commettre un meurtre prémédité et en outre annoncé publiquement !!! C’est le comble de l’ânerie ! Ce serait le meurtre le plus imparfait qu’on ait commis dans ce pays. Les enquêteurs se frotteraient bien les mains et prieraient pour toujours tomber sur des meurtriers aussi débiles et psychopathes que Satan car ils n’auraient pas à faire des investigations approfondies ou même pas d’investigations pour les appréhender.

Ce quidam est un vrai hurluberlu comme je vous l’ai déjà dit. Nos chemins se sont pourtant croisés mille et une fois depuis la parution de l’article qui lui a fait perdre la boussole. Il a bien eu plusieurs fois l’occasion de faire usage de son couteau. Comme à son habitude, il fait plus de bruit que de besogne. C’est un fort en gueule mais surtout un très grand couard qui a même peur de son ombre. Son couteau qu’il dit être très aiguisé risque de s’émousser ou de se rouiller.

En faisant flèche de tout bois pour que je ne prenne plus la plume, Satan a poussé le bouchon très loin. Je peux bien engager une procédure judiciaire contre lui et l’anéantir complètement. J’ai aussi bien d’autres moyens pour le mettre au pas.  Mais pour le moment, je préfère plutôt que nous croisions le fer sur le champ de bataille et avec les armes qu’il a choisis lui-même : ma plume contre son couteau ou contre toute autre arme dont il dispose.

Les règles et conventions de notre société nous imposent un code d’honneur qui nous dicte une conduite qui fonde et solidifie notre personnalité éthique. Depuis notre tendre enfance, nous sommes astreints à ne pas mentir, ni voler, ni sombrer dans l’indignité. Chez nous, un homme digne de ce nom ne verse pas dans les laïus, ne débite pas des balivernes. Contrairement à Satan, un tel homme agit. Il ne se manifeste pas à tout propos pour vomir des vétilles, faire des frasques et des folies et proférer des menaces qu’il n’exécute jamais.  Dans notre entendement, celui-là n’est pas un homme mais une tapette.

Satan trouvait déjà très extasiant l’arnaque, le vol, l’usage de faux, le mensonge, les manipulations et les magouilles sous toutes leurs formes. Il ne manquait à son tableau de chasse que le meurtre qu’il vient de trouver aussi jouissif que les actes de nature criminelle et délictuelle auxquels il se livre à cœur joie jour après jour.

Sache Satan que rien ne m’arrêtera. Ni ton couteau, ni tes séances de libations, ni tes veillées de sorcellerie, de magie noire ou de vaudou ne me feront taire. Que nenni ! Encore une fois, tu auras fort à faire pour me bâillonner. Je fais litière de toutes tes machinations et intrigues qui sont aussi puériles, irrationnelles que loufoques. Je ne fais pas, non plus grand cas de ton occultisme, des divinités que tu adores. Ma foi en Allah transcende toutes tes diableries, tous tes maléfices.

Je sais comment exorciser tes sortilèges. Je vous défie, tes oracles et toi de me faire taire ou de conjurer le péril qui te guette. Tu sais mieux que quiconque de quel bois je me chauffe dans ce domaine. Je n’ai pas besoin de te le montrer. Ou dois-je te rafraîchir la mémoire par un dessin pour te démontrer et te prouver la parfaite inanité de tes agissements de quelque nature qu’ils soient ?

Je t’avais pourtant enjoint de ne plus piper mot. Tu me courrouces davantage et me fais pondre du texte plus corsé, chaque fois que tu ouvres ta grande, polluée et nauséabonde gueule. L’incarnation même du déshonneur, de l’indignité et de la perfidie, l’ancien bagnard, trafiquant de drogue, voleur, faussaire, imposteur, menteur et escroc devant l‘Éternel et le potentiel meurtrier que tu es, n’a pas voix au chapitre. Je te conseille vivement de te terrer sans plus jamais montrer le bout du nez. J’ai une armada de révélations à ma disposition. Ton comportement abject et ordurier me donne la nausée.

Mes articles, dans lesquels je ne mâche pas mes mots, sont très anxiogènes et très stressants et donnent le tournis à des scélérats habitués à faire la bamboula que rien n’avait jamais perturbée auparavant.

On n’est pourtant pas dans la fiction. Le contenu au vitriol de tous mes articles, du premier au dernier est avéré. C’est pour cette raison que je suis devenu un empêcheur de tourner en rond. Je ne cesserai jamais de dénoncer avec beaucoup de véhémence toutes les fourberies et l’immoralité de Satan et Cie.

Je le traquerai, le mettrai à nu tant qu’il n’arrêtera pas de mentir, d’escroquer et de voler tout et partout chez nous. Tant qu’il sera le parangon achevé du menteur, de l’arnaqueur et du voleur ankylosé dans l’acquisition de biens mal acquis et embourbé dans les méandres de l’immoralité, je serai toujours pendu à ses basques. S’il ne se départit pas de sa fripouillerie qui est une insulte à l’intelligence de tout mauritanien, je prendrai toujours ma plus belle plume pour montrer et démontrer qu’il est un danger public et à sa mort, je pisserai sur sa tombe.

Ainsi va le monde immonde de Satan.

À très bientôt pour d’autres histoires d’escroqueries et de vol perpétrés par Satan dans le prochain article. À lire absolument.

Layite DIENG

About Editor

Check Also

Crise Institutionnelle au Sénégal : Appel à l’Action de la Diaspora

La scène politique au Sénégal est actuellement marquée par des préoccupations profondes, en particulier en …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *