Sociologue et titulaire d’un master en santé publique, M. Ousmane Ouédraogo est, depuis 2015, secrétaire général de la Coalition Régionale des organisations de la société civile impliquées dans la PF (CROSC-PF). Il est par ailleurs expert en gestion de projets axés sur la santé reproductive, en  Renforcement du système communautaire, en Evaluation  de programmes de Santé   Reproductive/ Santé des jeunes et l’animation de coalitions sur les thèmes de SR PF.

Ouédraogo accompagne depuis quelques années le Partenariat de Ouagadougou. Présent à la 5e Réunion Annuelle du Partenariat de Ouagadougou (PO) qui se tient actuellement à Abidjan, il rappelle les moments forts de ce partenariat. « Dès le début, l’enclenchement de cette idée d’aller vers une approche commune régionale à travers la conférence de Ouagadougou a été un moment très fort où les neuf pays ont pris l’engagement fort de relever le niveau de la planification familiale, de la positionner comme faisant partie des priorités régionales », dit-il.

Le secrétaire général de la Coalition Régionale des OSC impliquées dans la PF est revenu sur le rôle joué par la coalition dans la mobilisation des partenaires techniques et financiers (PTF) qui se sont engagés aux côtés des pays dans la mise en branle de leur action. « C’était une des premières fois que je voyais une approche très participative, très multisectorielle et inclusive qui a mis en mouvement beaucoup d’acteurs.» Revenant sur la rencontre de Cotonou (4è Réunion annuelle du PO) qui a eu lieu en décembre 2015, M. Ouedraogo, s’est dit satisfait des résultats des évaluations et bilans des pays qui avaient « dépassé les objectifs en termes d’accélération. »

A propos de la réunion d’Abidjan en cours, il a souligné que les défis majeurs résident dans la révision des paradigmes des programmes. « Les préoccupations des jeunes sont très connues et on ne peut pas confondre leurs besoins avec les besoins globaux de la population générale de nos pays. », a-t-dit. Toujours selon M. Ousmane Ouedraogo, « les jeunes constituent une cible particulière qui a des sensibilités particulières ; ils réclament l’autonomie pour être traitée de façon plus respectable face à des comportements stigmatisant d’agents de santé notés ici et là. »

Après avoir rappelé que les thèmes relatifs à la sexualité sont très sensibles, le secrétaire général de la Coalition Régionale des OSC impliquées dans la PF (CROSC-PF) a appelé à  revoir  le mode organisationnel de nos systèmes de santé.