Deux jeunes mauritaniennes comptent cette année parmi les 100 personnalités africaines. Aminetou Bilal et Oummou Kane ont chacune eu une idée originale : l’une, retenue pour la catégorie société civile,  s’est distinguée en lançant une campagne virtuelle via Facebook pour dénoncer l’insalubrité; l’autre, repérée dans catégorie Sport,  avait eu l’ingénieuse idée d’organiser un match de foot féminin pour dire non aux violences contre les femmes. Voici ce que dit à leur propos le magazine New African N°57 de Février-Mars-Avril 2018 :

Oummou Souleymane Kane : “les femmes doivent lutter pour marquer des buts!”

Elle fait du football un acte militant ! Passionnée pour le sport, cette jeune activiste de la Société civile dirige le département du football féminin de  la FFRIM depuis septembre 2016. Présidente de l’Association Multiculturelle pour un Avenir Meilleur, elle avait eu l’ingénieuse idée d’organiser un match de foot féminin pour dire non aux violences contre les femmes. Une action réussie qui a captivé l’attention du Président de la fédération mauritanienne de football Ahmed Ould Yahya qui lui dit : « Nous cherchions le profil adéquat pour diriger le département du foot féminin, et c’est vous ! »  Mission : promouvoir le foot féminin  en portant plus haut le championnat qui engage déjà plus de vingt équipes « dans un pays où les femmes doivent lutter pour marquer des buts! »

 

Aminetou Bilal: une ambassadrice de la « Youth Plug-In Initiative (YPII)

Militante écologique, cette jeune géologue de formation, qui a suivi ses études au Maroc, fait partie des 36 ambassadeurs de la « Youth Plug-In Initiative (YPII) ». Lors du 5e sommet UA-UE, en novembre 2017, elle a contribué, au sein de la commission Environnement et changement climatique, à faire endosser l’agenda des jeunes par les leaders européens et africains présents à Abidjan. Membre du Réseau des jeunes du G5 Sahel, elle est passionnée par les questions environnementales. En Mauritanie, elle s’est distinguée en lançant une campagne virtuelle via Facebook pour dénoncer l’insalubrité. Depuis un an, elle préside l’ONG Selfie Mbalite qui milite pour la protection de l’environnement et favorise le développement écologique de son pays. Consultante indépendante, elle a notamment organisé le pré-événement du Sommet africain du leadership des jeunes, en Mauritanie.

Source : New African N°57 de Février-Mars-Avril 2018 :