ALAKHBAR (Nouakchott) – “Les noirs-africains ne se reconnaitront pas dans la célébration de l’indépendance de la Mauritanie, tant que la question du Passif humanitaire n’est pas vidée”, a déclaré le chef des Forces Progressistes du Changement (FPC). Samba Thiam, était en conférence de presse ce jeudi à Nouakchott.

« Ce qui s’est passé dépasse le cas des veuves. C’est une plaie nationale. C’est une offense de Négro-africains qui ont été tués, massacrés et déportés injustement et vidés arbitrairement de la Fonction publique. Donc, personne ne peut se sentir – si véritablement il y a une certaine dignité – partie prenante de cette fête. Pas possible ».

Revenant sur la question de l’indemnisation des victimes du passif humanitaire, Samba Thiam a dit : « Un mal ne peut être réglé par quelques pécules. Sinon, demain, quelqu’un va commettre le même génocide ».   Le chef des FPC a ajouté dans le même contexte : « Le retour des négro-africains ou leur réintégration dans la fonction publique sont de la « démagogie. Tous les refugiés n’ont sont pas retourné et tous les fonctionnaires n’ont pas été réintégrés ».