(BBC) Le président sénégalais Macky Sall a dénoncé à Abidjan, la capitale ivoirienne la vente de migrants africains en Libye prônant des sanctions. Le président sénégalais Macky Sall a dénoncé à Abidjan, la capitale ivoirienne la vente de migrants africains en Libye prônant des sanctions.

Je vous rends visite dans un contexte où les esprits sont fortement marqués par la vente, en territoire libyen, de migrants originaires d’Afrique subsaharienne. Ce commerce de la honte qui réveille les démons de l’esclavage est la pire forme de violation des droits humains, une offense à la conscience universelle qui ne doit en aucun cas rester impunie Macky Sall, Président du Sénégal. Selon lui, le Sénégal restera mobilisé dans toutes les instances internationales, y compris le prochain Sommet Union africaine-Union européenne.

“Il faut que les auteurs et complices de ces actes inqualifiables soient traduits en justice et leurs réseaux criminels démantelés”, a affirmé le président Sall. Le chef de l’Etat sénégalais a rappelé que le Sénégal a officiellement condamné cet acte odieux. Le ministre sénégalais des Affaires étrangères a convoqué le chargé d’Affaires de la Libye à Dakar pour lui notifier “la réprobation du Sénégal”. Des journalistes de CNN ont diffusé la vidéo d’une vente aux enchères d’êtres humains en Libye, non loin de la capitale, Tripoli. En l’espace de quelques minutes, ils ont assisté à la vente d’une douzaine de migrants, cédés par des passeurs pour des sommes allant de 500 à 700 dinars libyens (moins de 300 000 francs CFA). Ces “marchés aux esclaves” se dérouleraient une ou deux fois par mois, selon le reportage de CNN.