Une jeune conteuse en pleine action -Photo Aidara

L’Institut Français de Mauritanie (IFM) a abrité le samedi 27 janvier 2018, la 6ème édition du Festival des Sagesses Populaires organisée par l’Association des conteurs mauritaniens, sous la houlette de Siré Camara et la participation du conteur français Ali Mergache.

Cette soirée émaillée de contes a permis de faire découvrir au public, qui était venu très nombreux, de jeunes talents. Six d’entre eux étaient sur le podium et ont participé au concours final du meilleur conteur.

Le prix qui porte le nom de Ly Djibril Hameth, poète, écrivain, dramaturge, éducateur et fondateur des écoles Diamly qui a quitté ce monde en 2015, a été finalement remporté par Mlle MBarka Diagne de l’Ecole Diamly qui s’est fondue en larmes à l’annonce des résultats, tellement l’émotion était forte.

 

Une partie du public (Photo Aidara)

Auparavant, le public formé essentiellement des écoles finalistes, DIamly, Ansar, Moctar Kelly, Ba Souleye, Zahra, El Mina 2 et l’Association des jeunes dynamiques, avait suivi le mot d’ouverture de la soirée prononcée par le Directeur de l’IFM, Raphaël Malara, celui de Mme Liza représentant l’USAID et l’OIM puis le mot de bienvenu et de remerciement de Siré Camara.

Par la suite, il y eut alternance sur le podium entre la vieille génération de conteurs constituée par Siré Camara et Oumar Diallo et la relève constituée par les six finalistes de la soirée, Mohamed Atigh et MBarka Diagne de l’école Diamly, Fatimata Ly de l’école Ansar, Aissa Sokhna, Ibrahima Kébé de l’école Ba Souleye et Maïmouna Sow de l’école Moctar Kelly. D’autres finalistes des éditions précédentes étaient également là, à l’image de Aldiouma Sao, Nadia Fall, Marième Diallo.

 

La lauréate MBarka Diagne (en rose) fondant en larme à l’annonce des résultats consolée par ses camarades et les membres du jury (Photo Aidara)

Les récits tirés des sagesses populaires d’ici et d’ailleurs ont captivé l’assistance et ont permis de saisir la sagacité des tous petits qui complétaient avec brio les relances des acteurs. Le merveilleux et le rire ont dominé la salle, captivée dans un imaginaire fantastique dans lequel le talent des conteurs  les avait plongés.  Le fameux «Caméléon », l’un des meilleurs Slameurs du pays a également joué à fond sa partition, en sortant de ses bottes secrètes des histoires croustillantes.

 

 

 

 

Mme Khadi Mint Cheikhna, compagnon de route du défunt Ly Djibril, présidente d’une association culturelle et présidente actuelle du mouvement PEN-Mauritanie a rendu un vibrant hommage au parrain de la soirée dont elle a loué les qualités et l’apport considérable dans la culture et la cohésion nationale. A ses côtés se tenait la fille de Ly Djibril, Mme Thilo.

La soirée s’est achevée en apothéose sous le récit musical d’Ali Mergache et son voyage qui ne finira pas, un voyage dans le fantastique et dans le rêve…

Le jury était composé de deux hommes de culture, Athié et Sidi Mohamed.

Cheikh Aïdara

(http://aidara.mondoblog.org)