Parcours d’un intellectuel mauritanien: Pr. Toka Diagana se souvient

Toka Diagana, jeune professeur de Mathématiques. Les débuts d’une carrière prometteuse

« A la fin de mes études, tout comme beaucoup de Mauritaniens, je suis rentré au pays pour chercher du travail. Cette recherche d’emploi fut infructueuse. Par la grâce d »Allah, le miracle devait venir de Washington. J’avais postulé à Howard University avant de rentrer en Mauritanie. »

Toka Diagana partage son expérience avec tous ces jeunes qui ont terminé leurs études et qui ont actuellement du mal à trouver du travail. « Une pensée particulière à tous ces jeunes docteurs en mathématiques qui, eux aussi, sont à la recherche de postes et qui, de temps à autre, sollicitent nos conseils. »


Le mois de septembre prochain marquera le 23-ème anniversaire de mon arrivée aux USA. En effet, après avoir un tout petit peu galéré entre la France et la Mauritanie pour trouver du travail – un an et demi après la soutenance de ma thèse ; Howard University (Washington DC), comme un miracle, était finalement venu à mon secours et m’a à l’époque offert un poste de Lecturer (Maitre-Assistant).

Ainsi en début septembre 2000 ; le contrat de travail de Howard University en poche ; j’ai pris mon vol à Paris-Roissy – direction ; la capitale Américaine. Ainsi, quelques heures après ; je me suis retrouvé au Washington Dulles Airport. Parlant un anglais très approximatif ; j’ai pu ; avec quelques acrobaties ; me débrouiller pour me rendre chez mon ami Dr. Mahmoud Kane à Washington DC – là où je devais habiter avant de m’installer.

Deux jours après mon arrivée à Washington, très tôt le matin, je me suis rendu à Howard University. Je voulais avoir une idée sur ce qui m’attendait puisque j’étais en retard. L’année universitaire avait en effet débuté deux semaines auparavant.

Juin, 2022. Rencontre avec le President de l’Universite Felix Houphouët-Boigny (Abidjan)

A l’époque, le chef du département de mathématiques (chairman) à Howard University était un certain Dr. Joshua Leslie. Ce dernier m’a donc accueilli dans son grand bureau pour discuter de ma charge d’enseignement et de mon installation. Il a décidé de me laisser enseigner un seul cours ce semestre – le temps de m’acclimater. Il m’a ensuite installé dans mon nouveau bureau (en face de son bureau).

A 9H45 ; je me suis dirigé vers le fameux « Douglas Hall » (building portant le nom du célèbre abolitionniste et écrivain Afro-Américain Frederick Douglas) – là où je devais donner mon premier cours. En anglais, s’il vous plait!

Je suis de nature très confiant mais je dois dire que les choses ne se sont pas passées comme prévu. Ce fut une journée très difficile pour moi. Pour résumer, après mon premier cours, la moitié de mes étudiants ont quitté la salle de classe et sont allés se plaindre auprès du chef du département (Dr. Joshua Leslie) pour entre autres lui dire que je parlais un anglais très approximatif avec un fort accent (francophone).

Déc. 2022. Quelque part a la Mecque — avec mon ami, collegue, et collaborateur Dr. Saud. Ce dernier vient d’etre nomme Doyen de la Faculte des Sciences au King Abdelaziz University a Jeddah. Toutes mes felicitations a mon ami!

Cela m’avait énormément affecté. Bien sûr, le contenu mathématique du cours n’était pas très difficile! C’est plutôt parler un anglais limpide qui a l’époque me faisait défaut.

En tout état de cause, je suis retourné au département de math après mon premier cours de math en anglais. Dr. Leslie, avant que je ne retourne au département, avait déjà eu quelques échos, à travers mes étudiants, sur le déroulement de mon premier cours. Ainsi, il a demandé à sa secrétaire de me convoquer dans son bureau.

A mon retour au département, la secrétaire m’a transmis le message du Chairman. Une fois dans son bureau, ce dernier a éclaté de rires et m’a dit qu’il s’attendait un peu à ce qui s’est passé dans ma classe. Il m’a tout de suite rassuré que les choses iraient mieux dans quelques semaines. Ainsi, il a développé un plan pour m’aider à améliorer mon anglais dans un délais très court. Il m’a tout de suite inscrit à des cours gratuits d’anglais à Howard University.

Je dois dire que je ne suis jamais allé à ces cours d’anglais. Je n’ai pas non plus écouté les conseils de l’un des hauts responsables de cette université qui à l’époque m’a conseillé d’avoir une petite amie Américaine (girlfriend) qui ne parle pas Français – comme moyen rapide d’apprendre l’anglais.

Ce qui a été salutaire pour moi, en ce qui concerne l’apprentissage de l’anglais, c’était la télévision. En effet, regarder la télé plusieurs heures dans la journée, avec sous-titrage en anglais, est le procédé qui m’a permis de m’en sortir et très rapidement.

Toka Diagana : »L’Amérique est ce pays qui donne à chaque personne la possibilité d’évoluer »

Au bout de deux semaines, j’étais plus ou moins prêt à parler un anglais compréhensible avec les étudiants. Bon, pour le semestre du spring (second semestre), j’ai demandé à Dr. Leslie de me laisser enseigner des cours de mathématiques plus avancés. En effet, je me disais que les étudiants dans ces classes sont probablement plus murs et donc plus à même d’accepter un professeur avec un fort accent francophone. En tout cas, cela a bien marché pour moi. Bien sûr, un an après, tous ces problèmes de langues étaient plus ou moins réglés.

Ce qui est extraordinaire c’est que 7 ans après avoir débarqué dans ce département avec un Anglais très approximatif et avec un statut académique très précaire (Lecturer), trois évènements importants se sont produits; montrant très clairement le caractère exceptionnel du système Américain en matière d’intégration.

Dans un premier temps, j’ai été choisi par ce département pour diriger son programme de 3eme cycle. Il s’agit d’un programme que j’ai eu l’honneur de diriger pendant près de 10 ans.

Rencontre avec le Recteur, le doyen de la faculte des sciences, et le chef du departement de math — de l’Universite Cheikh Anta Diop de Dakar (juin 2022)

Quelques mois plus tard, j’ai obtenu une bourse de plus de 380.000 USD du Department of Education pour soutenir ma formation doctorale. Ces fonds m’ont notamment permis de recruter plusieurs étudiants talentueux à travers les Etats-Unis pour cette formation doctorale. Et le 21 juillet 2007, cerise sur gâteau, j’ai été promu professeur des universités avec la fameuse « tenure » (une protection académique qui, entre autres, rend mon licenciement très difficile, voire impossible.

Je dois absolument souligner que mon cas est loin d’être particulier. L’Amérique est ce pays qui donne à chaque personne la possibilité d’évoluer et éventuellement atteindre certains niveaux, surtout pour celles et ceux qui sont prêts à travailler très dur pour y arriver.

Pour boucler ce texte, je tiens à souligner qu’après près de 18 ans de bons et loyaux services à Howard University, j’ai décidé, en juin 2018, de démissionner de mon poste de professeur dans cette université pour rejoindre l’Université de l’Alabama à Huntsville – mon université actuelle.

Toka Diagana (Facebook)

About Diagana

Check Also

Politique : Le Parti Insaf à Chinguetti : l’heure des choix

El Bou Abderrahmane Une délégation du parti Etat INSAF, chargée de la préparation des élections …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *