Gérer le fardeau de la dette de l’Afrique pour stimuler le développement

Addis-Abeba, le 31 octobre 2022 (CEA) – L’Afrique doit mobiliser des financements innovants pour les programmes de développement et gérer efficacement le fardeau de sa dette, qui, si elle n’est pas résolue, menace la croissance économique.

Un atelier sur la gestion de la dette, organisé pour les décideurs politiques de différents pays africains et instituts de recherche afin de partager les défis et les meilleures pratiques en matière de gestion de la dette, informe que l’augmentation de la dette freine la croissance économique en Afrique, aggravée par les crises combinées de la pandémie de COVID-19 et de la guerre en Ukraine.

M. Adam Elhiraika, Directeur de la Division de la macroéconomie et de la gouvernance, de la Commission économique nationale pour l’Afrique (CEA), déclare en ouvrant l’atelier que si la dette est une source importante de financement pour la croissance économique et le développement des pays africains, sa gestion est restée un défi majeur pour de nombreux pays en raison des multiples crises économiques mondiales.

« La pandémie de COVID-19 et la guerre russo-ukrainienne ont eu des conséquences négatives sur les performances budgétaires des pays africains, où le ratio dette / PIB est passé de 57 % en 2019 et en 2021 à 66 % en 2022 », déclare M. Elhiraika, attribuant l’augmentation du fardeau de la dette à une dépense croissante dans le secteur de la santé pour répondre à la pandémie ainsi qu’aux coûts sociaux que les États ont supportés pour atténuer les effets négatifs de l’arrêt total ou partiel des activités économiques. Avec l’affaiblissement de la monnaie nationale et l’augmentation de la dette extérieure, indique M. Elhiraika, les crises mondiales conjuguées ont exacerbé le surendettement d’un certain nombre de pays africains.

Déjà, le ratio dette / PIB des pays importateurs de pétrole en Afrique a atteint 73 % du PIB en 2022, en raison de la flambée des coûts de l’énergie provoquée par la crise ukrainienne. La dernière liste des Analyses de viabilité de la dette (DSA) des Pays à faible revenu, du FMI montre qu’au 31 mai 2022, 16 pays africains présentaient un risque élevé de surendettement et 7 étaient déjà surendettés.

Le Fonds monétaire international a fortement recommandé au G20 de lancer l’Initiative de suspension du service de la dette (DSSI) qui a été créée en 2021. Elle a aidé les pays à concentrer leurs efforts sur la lutte contre l’épidémie et la protection de la vie et des moyens de subsistance des personnes les plus vulnérables.

M. Elhiraika souligne que la situation économique difficile à laquelle font face de nombreux pays africains est la cause des 52 % des pays éligibles à la DSSI. Sur les 73 pays éligibles, 48 ​​ont participé à cette initiative, qui a réussi à suspendre le paiement de 12,9 milliards de dollars de service de la dette entre mai 2020 et décembre 2021.

Dans un effort visant à aider les États membres, la CEA a lancé en 2021 la Facilité de liquidité et de durabilité (LSF) pour réduire les primes de liquidité et améliorer l’accès souverain aux marchés obligataires internationaux pour les pays africains grâce à un marché régional des pensions conforme aux normes internationales.

La Facilité a le potentiel de faire économiser aux pays africains environ 11 milliards de dollars au cours des cinq prochaines années sur les coûts d’emprunt. Il a déjà suscité l’intérêt d’un certain nombre de gestionnaires d’actifs internationaux importants et sa valeur potentielle au cours de la première année pourrait atteindre jusqu’à 30 milliards de dollars.

En août 2021, le Fonds monétaire international (FMI) a lancé l’allocation de Droits de tirage spéciaux (DTS) d’une valeur de 650 milliards de dollars pour stimuler la liquidité mondiale. De nombreux pays développés s’étaient mis d’accord sur la réaffectation des DTS pour soutenir les Pays à faible revenu.

-Fin-

À propos de la CEA

Créée en 1958 par le Conseil économique et social (ECOSOC) des Nations Unies, la CEA est l’une des cinq commissions régionales de l’Institution et a pour mandat d’appuyer le développement économique et social de ses États membres, d’encourager l’intégration régionale et de promouvoir la coopération internationale pour le développement de l’Afrique.

Composée de 54 États membres, la Commission économique pour l’Afrique (CEA) joue un double rôle en tant qu’organisme régional de l’Organisation des Nations Unies (ONU) et en tant que partie intégrante du paysage institutionnel régional en Afrique. 

Pour plus d’informations, rendez-vous sur : www.uneca.org

La Section des communications
Commission économique pour l’Afrique 
BP 3001 
Addis-Abeba (Éthiopie) 
Tél. +251 11 551 5826 
Adresse électronique : eca-info@un.org

About Editor

Check Also

Editorial : Aziz enfin face à ses juges

Après près de trois ans de longues et laborieuses enquêtes, l’instruction du rocambolesque « dossier de …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *